Panier

Les échos de la mémoire. Une enfance palestinienne à Jérusalem

  • Issa J. Boullata

    Traduit de l’anglais par Chantal Ringuet
    Postface de Yara El-Ghadban

    Œuvre à caractère autobiographique, Les échos de la mémoire. Une enfance palestinienne à Jérusalem évoque, avec l’occupation britannique en toile de fond, de multiples souvenirs, campe d’intimes portraits de famille et nous ramène sur des lieux d’enchantement et de rébellion. Cet ouvrage, véritable lettre d’amour à Jérusalem, pose un regard singulier sur la ville. C’était avant le déracinement des Palestiniens de 1948, où se côtoyaient harmonieusement toutes les confessions. C’était avant la tempête politique.

    Ces récits dressent le portrait du garçon que j’étais dans les années 1930-1940, et racontent des événements dont j’ai été le témoin, et l’histoire des gens ayant croisé mon chemin. Tous ils décrivent cette ville que j’ai aimée d’un amour infini. 

    Lire un extrait.

    Né à Jérusalem en 1929, Issa J. Boullata est écrivain, chercheur et traducteur. Il a enseigné la littérature et la pensée arabe contemporaine à l’Université McGill. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la littérature arabe et le Coran.

    Couv_Échos de la mémoire_Boullata_300dpi_CMYK

    Ce que la presse en a dit :

    Finaliste au Prix Mavis Gallant, 2014 de la Quebec Writers’ Federation (QWF) 

    « Un mélange unique de récit personnel, d’histoire et de politique; une prose à la fois lyrique et délicate; un regard fascinant sur un mode de vie désormais disparu. Pamphlet politique puissant parce que sous-estimé, Les échos de la mémoire. Une enfance palestinienne à Jérusalem est de ces livres qui ont une portée. De ces mémoires s’élèvent une dénonciation politique à l’encontre de cette injustice qui a dépossédé l’auteur de son pays – une protestation d’autant plus influente qu’elle est toute en retenue. » – Commentaires du jury du prix Mavis Gallant 2014

    « Boullata […] donne un aperçu instructif de la vie sociale, politique et culturelle […] avant le Nakba de 1948. […] Son style est à la fois très descriptif et vivant, riche et captivant. La lecture de ses histoires nous fait agréablement remonter temps pour montrer la vie quotidienne à Jérusalem telle qu’elle était il y a près d’un siècle. […] S’il existe un grand nombre d’ouvrages consacrés à Jérusalem, celui-ci offre une opportunité unique de voir la ville non pas à travers le regard d’un observateur, mais de ses habitants eux-mêmes. » – Mahmoud Muna, This Week in Palestine

    « L’ouvrage rejoindra ceux qui s’intéressent à ce qu’était la vie à Jérusalem avant l’avènement de la violence sectaire. »  – Publishers Weekly

    « Avec simplicité, prenant parti tout en adoptant un point de vue éclairé, [Issa Boullata] nous raconte l’expérience de sa vie à la maison, à l’école et au sein d’une société où couve une tempête politique qui culminera avec le Nakba palestinien de 1948. Sans aucun doute, ce livre fera forte impression sur ses lecteurs. » – Dr Sari Nusseibeh, Université Al-Quds

    « La vieille ville de son enfance que décrit Boullata est celle d’un mélange harmonieux des cultures, un lieu où les “chrétiens de Jérusalem ne mangeaient pas en public en présence de musulmans par égard pour leur jeûne”, et où chrétiens et musulmans partageaient un goût pour les pâtisseries et friandises du Ramadan. » – Montreal Review of Books

    .


     Chroniques     17.50$     138 pages     978-2-89712-315-4


    Collection Chronique


    August 5th, 2015 | admin | Comments Off on Les échos de la mémoire. Une enfance palestinienne à Jérusalem | Tags: , , , , , ,

Comments are closed.