Panier

Le Mai 68 des Caraïbes

  • Romain Cruse

    Une nouvelle fenêtre s’ouvre sur les grands mouvements populaires des années 1960 et 1970 dans la Caraïbe. Que se passe-t-il durant ces révoltes à San Juan, à Kingston et à Pointe-à-Pitre ? Que reproche-t-on à ces Dreads abattus par la police à la Dominique ? Comment expliquer ces coups d’État fantasques à la Grenade et au Suriname ? Quelles résonances entre ces évènements isolés, la longue marche pour l’émancipation caribéenne et les trépidations du monde occidental : Mai 68 en France, Révolution tranquille au Québec, lutte pour les droits civiques aux États-Unis ; mais aussi éviction de De Gaulle et assassinat de Kennedy. Cet ouvrage revisite bien des idées reçues sur la Caraïbe, sur les liens entre socialisme et capitalisme, sur la finance, et sur quelques concepts creux de cette époque qui nous hantent toujours tels le développement, la crise économique, les théories du complot. Romain Cruse raconte une histoire populaire de la révolution caribéenne, en donnant à l’Histoire la force du vécu et du vivant. Le Mai 68 des Caraïbes est un petit manuel de la résistance.

    Romain Cruse est un géographe passionné et homme de terrain. Il est l’auteur de Une géographie populaire de la Caraïbe paru en 2014 chez Mémoire d’encrier. Il vit à Fort-de-France. Correspondant au journal Le Monde diplomatique, il publie dans divers magazines.


    Essai    978-2-89712-532-5     400 pages     29,95$

    24 avril 2018 (Québec) 
    11 mai 2018 (France/Belgique/Suisse) 

    Disponible en format papier et numérique


    Ce que la presse en a dit

    La trace, dans la luxuriante Caraïbe, c’est le chemin qu’on ouvre, que la jungle engloutit et qu’il faut recréer. Dans une approche originale et un style tonique — c’est autant un récit qu’un essai —, le géographe Romain Cruse propose des allers-retours entre les îles marquées par les années 1960-1970 et leurs potentialités au XXIe siècle. Il veut approfondir Mai 68, celui de Porto Rico, de la Jamaïque ou de la Guadeloupe, en tenant compte de leur histoire et en interrogeant les clichés. Et il anticipe une société des (projets) communs et des autonomies, qui en finisse avec les verticalités, les occupations, les colonisations ou les mimétismes. Influencés par des propositions aussi différentes que la «révolution tranquille» au Québec ou le castrisme première manière, contre les interventions et dominations, européennes ou nord-américaines, les peuples de la Caraïbe imaginent avec hésitation une trace nouvelle, débarrassée des conséquences de toutes les servitudes, qui poursuive celle des marrons et des révolutionnaires.

    Christophe Wargny, Le Monde Diplomatique

    Par sa démarche, Cruse conteste et renouvelle intelligemment l’historiographie caribéenne du XXe siècle. Il participe à la restitution d’une agentivité chez les personnes concernées, trop souvent occultées et/ou stéréotypées par les récits dominants. Cet ouvrage est un incontournable pour les historien·ne·s des mouvements sociaux, mais aussi pour ceux et celles ayant un intérêt pour les musiques des Caraïbes, dont l’histoire, très présente dans ce livre, est intrinsèquement liée à celle des luttes sociales menées dans ces îles.

    Christine Chevalier-Caron, À Babord


    mars 15th, 2018 | admin | Commentaires fermés sur Le Mai 68 des Caraïbes |

Comments are closed.