Mai 2013 – Les Rencontres québécoises en Haïti

  •  

    À l’occasion du 10e anniversaire de Mémoire d’encrier, se tiendront du 1er  au 8 mai 2013 les Rencontres québécoises en Haïti.

    Lors de ces Rencontres, nous réunirons des professionnels du livre et des auteurs appartenant aux deux espaces littéraires afin d’échanger expériences et savoir-faire.

    Initiées par Mémoire d’encrier, sous la présidence de Dany Laferrière, à l’occasion du 10e anniversaire de la maison d’édition, Les Rencontres québécoises en Haïti ont pour objectif de rapprocher  culturellement le Québec et Haïti, en mettant le livre québécois à la disposition des Haïtiens. Ces rencontres, qui célèbrent l’amitié haïtiano-québécoise, contribueront à renforcer la relation Québec-Haïti, deux grands peuples de langue française d’Amérique.

    Dany Laferrière se réjouit de cette rencontre : « Cela fait longtemps que j’attends ce moment qui réunira les deux pays qui m’ont formé. Ma vie n’est plus une fiction, et j’ai l’impression de présenter ma jeune fiancée à ma mère. »

    Pour Rodney Saint-Éloi, fondateur des éditions Mémoire d’encrier, « Enfin le temps d’être ensemble entre camarades d’Amérique. Pour Mémoire d’encrier, cette rencontre fraternelle est un combat pour le sens et pour le vivre-ensemble. Ne parlons pas pour une fois de catastrophe, de séisme ni de misère. Célébrons l’amitié, le livre et le partage.»

     

    Les auteurs qui participent aux rencontres québécoises en Haïti témoignent sur YouTube:

     

    India Desjardins: “Je suis en Haïti grâce à la fille d’un nouvel ami qui se nomme…Gary Victor!”

     

    Joséphine Bacon: “Pour moi, ma langue est très importante parce qu’elle est en danger”

     

    Dany Laferrière et Rodney Saint-Éloi: “Ce que j’aime c’est que tu as pris des écrivains venant de partout qui ne sont pas forcément dans ta maison d’édition….Ça je crois que ça pourrait donner des idées à d’autres maisons d’édition.” – Dany Lafferière

     

    Louise Dupré: “Mon travail ressemble à celui d’un photographe qui va fixer des moments, des instantanés.”

     

    Alain Deneault: “Que des colonnes comptables qui poussent comme des gratte-ciels dans une énumération toujours plus effrénée de rien prenant toute la place dans les journaux qui saturent de sens l’espace du public.”

     

    - Joël Des Rosiers: “Il faut dire que ces rencontres sont très anciennes car le premier écrivain haitien à publier au Canada, au Québec, c’est le commandant Benito Sylvain qui, en 1901, a publié l’étoile africaine.”

     

     Voir le programme en ligne.

     

     


    December 3rd, 2012 | admin | Comments Off |

Comments are closed.