Panier

Mon pays que voici

  • Anthony Phelps

    Mon pays que voici de l’auteur Anthony Phelps est une des oeuvres les plus connues de la littérature haïtienne. Sorti en disque en 1966, le recueil Mon pays que voici sera édité à Paris en 1968 par les Éditions P.J. Oswald , suivi du recueil Les dits du fou-aux-cailloux.

    Ce long texte, divisé en quatre parties, est une marche poétique à l’intérieur de l’histoire d’Haïti. Mon pays que voici est un poème-témoignage qui a résisté au temps et qui, curieusement, continue à dire avec force la réalité d’un pays aux prises avec l’exploitation et l’aliénation.

    Mon pays que voici rappelle l’utilité publique de la poésie .

    Pour prendre conscience de la valeur d’une oeuvre, dit-on souvent, il faudrait imaginer un instant qu’elle n’existe pas. Que se serait-il passé dans la poésie haïtienne si Anthony Phelps n’avait pas écrit et publié? En quoi consiste la contribution d’Anthony Phelps à la littérature? Que se serait-il passé dans la vie de quelques écrivains de cette époque s’ils n’avaient rencontré cet homme qui, aujourd’hui, vivant loin des sirènes de la vaine gloire, mais sans retrait hautain, a produit l’une des oeuvres les plus connues, les plus populaires de la littérature haïtienne?

    Émile Ollivier

    Ce chant ample, puissant, fluide et prenant porte son lecteur avec une aisance qui pourra, parfois, le faire paraître un peu prolixe. Je pense qu’il faut résister à cette aisance de la lecture pour prêter une attention soutenue au texte où chaque mot est pesé, précis, juste et lourd de signification, où chaque image a dans son rayonnement une portée bien réfléchie. Cette poésie est de celles qui nous font aller très loin dans l’âme d’un peuple, dans l’âme de tous les peuples meurtris, dépossédés d’un continent: Terre d’Amérique nourrie du sang d’Abel.

    René Lacôte Les Lettres Françaises, 19 février 1969


    20$     168 pages     978-2-92315-367-4     2007

    Poésie


     


    July 6th, 2011 | admin | Comments Off on Mon pays que voici |

Comments are closed.