Panier

Montréal vu par ses poètes

  • Collectif dirigé par Rodney Saint-Éloi et Franz Benjamin

    Une cinquantaine de poètes dont Gaston Miron, Leonard Cohen, Rodney Saint-Éloi, Elletra Bedon, Naïm Kattan, Mona Lattif-Gatas disent Montréal.

    Une ville qui n’est pas écrite n’est pas une ville, mais une ville qui n’est pas chantée par tous ses résidents sans exclusivité n’est pas une ville non plus. Cette anthologie a réussi un pari en explorant différentes identités montréalaises. Exposant ainsi la ville dans son opacité, se dégage une nouvelle manière de dire Montréal, dans la solidarité, et dans un comment-vivre-ensemble, malgré et avec nos dissemblances.

    Montréal vu par ses poètes est en ce sens un véritable éloge à la diversité.


    Poésie     19,50$     112 pages     978-2-92315-348-3     2006


    Cover_Montreal-vu-par_300-DPI_rgb-686x1024

    Ce que la presse en dit

    « Non seulement ces textes sont-ils soigneusement choisis, mais les photos tirées des archives de la ville complètent de manière très élégante ce florilège. C’est en parcourant les petites biographies, en fin de volume, que se révèle le secret de la richesse de Montréal. »
    Maxime Catellier – Ici

    Présentation

    Encore une anthologie, Montréal vu par les poètes, diront les sceptiques. Encore Montréal dans un bruissement d’ailes, dans son éclatement magique, dans son étonnante mobilité.
    Montréal des mots comme des pirogues sur le Saint-Laurent. Montréal des mots comme un pari, comme une ombre sur toutes les rues.
    Montréal est un énorme bec d’oiseau, avec des langues, des formes et des imaginaires.
    Et si Montréal était une ville de poèmes. Chaque rue psalmodierait sa propre diction, sa rhétorique indomptable, ses graffiti, son pouvoir de séduction,
    sa subversion, sa force de prédation et sa capacité d’enchantement. Chaque fenêtre aurait son tremblement, chaque cri aurait la justesse du chant.
    Écrire la ville à venir, diverse, gonflée de désirs et d’identités possibles.
    Voici Montréal, en amont, au cœur d’une épopée nouvelle.
    Chaque poète invente ici Montréal: au masculin au féminin, au pluriel
    au singulier, souverain, aliéné, nomade dans son ancrage, obstiné dans ses contradictions.
    Montréal rassemble les mots, franchit les solitudes. Montréal est une ville qui s’écrit dans toutes les langues. Ville toujours en dégradé. Diversité : malentendu toléré, puis accepté. Ville vouée à un pari nouveau : vivre ensemble différent.
    Montréal ici démultipliée avec des voix rebelles, minoritaires/minorées, invisibles, assoiffées d’existence. Montréal est un grand corps où se greffent des drapeaux et des songes d’enfance.
    Dans le désordre d’une ville, au revers de sa folle technocratie, la poésie défend les gestes des passants. Elle fait don de souvenirs au présent. Elle ajoute à la mémoire un sens. Elle ajoute des couleurs à la fête. Elle convoque la foule et l’individu. Elle témoigne et dénonce. Elle raconte et refuse. Elle est à la fois absence et présence, mode et temps, réel et imaginaire.
    Gardons l’utopie secrète d’une ville qui habite la poésie!
    Gardons l’utopie des villes sans frontières sauvées par le regard étoilé des mendiants!
    Gardons l’utopie des villes sans passeport, magnifiant l’opacité de l’être! Gardons l’utopie des villes ouvertes, protégées par la force de regarder demain.
    Rodney Saint-Éloi, Mars 2006

    Sur les poètes

    Mark Abley: Né en Angleterre en 1955, Mark Abley a grandi dans l’Ouest canadien. Il vit à Montréal depuis 1983. Gagnant du National Newspaper Award et du Prix Guggenheim (Fellowship), il est l’auteur et l’éditeur d’une dizaine de livres dont Blue Sand, Blue Moon (1988), Glasburyon (1994), Parlez- vous boro? (traduction française, 2005).

    José Acquelin: Né à Montréal en 1956, José Acquelin s’implique dans la diffusion de la poésie par le biais de rencontres littéraires. Ses principaux recueils sont Chien d’azur (1992), Comme les dix doigts de las manos (1999) ainsi que Là où finit la terre (1999).

    Marie-Célie Agnant: Née à Port-au-Prince en 1954, Marie-Célie Agnant vit à Montréal depuis 1970. Elle est poétesse, nouvelliste, romancière et conteuse. Elle a publié le recueil Balafres (1994).

    Claude Beausoleil: Né à Montréal en 1948, poète, romancier et chroniqueur littéraire, il a publié plus d’une soixantaine de titres dont les recueils de poésie Grand hôtel des étrangers (1996), Le chant du voyageur (1997), Lecture des éblouissements (2004), Regarde, tu vois (2005) ainsi que le roman Architecte des sentiments (2005). Directeur de la revue Lèvres urbaines, il est Président du comité d’honneur de la Maison de poésie de Montréal.

    Elletra Bedon: Née à Padova (Italie), docteure en littérature italienne, elle a publié des recueils de poèmes, des essais, des contes et des romans jeunesse.

    Franz Benjamin: Né à Port-au-Prince (Haïti), Franz Benjamin est poète et diseur. Il vit à Montréal depuis 1985. Franz Benjamin a publié Valkanday (2000), Kaléidoscope (1992), Chants de mémoire (livre-disque, 2003), Dits d’errance (2004). Il est membre fondateur de Société Paroles.

    Ana Gloria Blanch: Née en 1953 à Mexico, elle vit à Montréal depuis 1986. Elle participe à des spectacles- performances tant au Mexique qu’au Québec.

    Asa Boxer: Né à Montréal, Asa Boxer est poète et critique littéraire. Gagnant du Prix Littéraire 2005 de CBC pour sa compilation poétique, The Workshop, quelques-uns de ses poèmes figurent dans l’anthologie The New Canon (2005). Il a également publié chez Montreal Books Press.

    Cesar Castillo: Né à Santiago (Chili) en 1964, Cesar Castillo réside à Montréal depuis 1975. Il est l’auteur d’un recueil de poésie en castillan, Eriales del Corazón (2003), traduit en français sous le titre de Friches du Cœur (2005).

    Bernadette Charles: Née en Grenade dans les Caraïbes, Bernadette Charles est poète et artiste-peintre. Arrivée à Montréal en 1980, elle présente des performances de spoken word. Elle est l’auteure de Slave Spirit Speaks (1992), The Call (1995) et de Kabakajah (1998).

    Leonard Cohen: Né à Montréal en 1934, auteur-compositeur-interprète, poète, Leonard Cohen est une des grandes voix littéraires du Canada. Il publie divers recueils: Let Us Compare Mythologies (1956), The Spice-box of Earth (1961), Flowers for Hitler (1964) et Parasites from Heaven (1966), ainsi que les romans The Favourite Game (1963) et Beautiful Losers (1966).

    Isabelle Courteau: Née !!!! en 1960, Isabelle Courteau a publié L’inaliénable (1998), Mouvances (2001) et Ton silence (2004). Elle a également signé, en collaboration avec François Vincent, un livre d’artiste intitulé Silences. Elle dirige la Maison de la poésie de Montréal.

    Jean-Paul Daoust: Né à Valleyfield le 30 janvier 1946. Poète et romancier, Jean- Paul Daoust est directeur de la revue Estuaire. Ses principaux recueils sont 111, Wooster Street (1996), Black diva (1991), Dimanche après-midi (1985). Il a obtenu, en 1990, le Prix littéraire du Gouverneur général du Canada pour Les Cendres bleues (1998).

    Henri-Robert Durandisse: Né à Léogane (Haïti), Henri-Robert Durandisse vit à Montréal depuis 1979. Il a publié Amour je te tutoie (livre-disque, 2004). Il dirige le Centre haïtien d’animation et d’intervention sociale.

    Emmanuel Eugène: Né à Santiago (Cuba) de parents haïtiens, Emmanuel 

    Eugène (Manno Ejèn) vit à Montréal depuis 1975. Il est cofondateur du Centre d’études et de littératures créoles, Société Koukouy. Auteur du recueil de poèmes Ekziltik (1988), l’une des premières tentatives d’écriture de l’exil en créole, il a reçu le Prix de poésie du Mouvement créole 1968 et le Prix Jacques Stephen-Alexis de la nouvelle en 1998.

    Jon Paul Fiorentino: Jon Paul Fiorentino, né à Winnipeg, est écrivain et éditeur. Il est également l’auteur de The Theory of the Loser Class (2006), Hello Serotonin (2004). Il a édité les anthologies Career Suicide! Contemporary Literary Humour (2003) et Post-Prairie (2005), en collaboration avec Robert Kroetsch. Il habite à Montréal, où il enseigne la création littéraire à l’Université Concordia. Il dirige la revue Matrix.

    Emilio Francescucci: Né à Guardiagrele (Italie), Emilio Francescucci vit au Québec depuis 1957. Échos du silence (2002) est son premier recueil de poésie. Il a participé à plusieurs collectifs poétiques, dont Lanaudière en poésie (2002).

    Claude Hamelin: Né à Montréal en 1943, il est poète, scientifique et éditeur. Il a publié notamment Fables des quatre-temps (1990), Lueurs froides (1991), Roman d’un quartier. Club Mirado (1993), Néant bleu/Nada azul/Blue nothingness (1994), Silence du monde/Silencio del mundo/Silence of the world (1995), Cœur battant/ Corazón palpitante/Beating heart (1996) et Métamorphoses (1999).

    Vissanorias Hatzidavid: Né sur l’île de Cos en Grèce, Vissanorias Hatzidavid vit à Montréal depuis plus de trente ans. Il a déjà publié un recueil de poèmes.

    Fayolle Jean: Né en Haïti en 1953, poète, présentateur radio et homme de théâtre, il émigre au Québec en 1979. Il enregistre sur disque Symphonie pour une cellule (1982). Paraissent son recueil Tenue de ville (1991) et son livre-disque Complice des voyelles (2005). Au Québec, il poursuit son métier de comédien à la télévision et au cinéma.

    Naïm Kattan: Né à Bagdad en 1928 où il a fait des études de droit avant de faire des études littéraires à la Sorbonne, Naïm Kattan a immigré à Montréal en 1954. Auteur d’une quarantaine d’ouvrages (romans, nouvelles, essais, théâtre), il fut pendant vingt-cinq ans au Conseil des Arts du Canada, d’abord comme directeur des lettres et de l’édition, puis comme directeur associé. Il est professeur associé à l’Université du Québec à Montréal. Il est officier de l’ordre du Canada, de l’ordre du Québec et chevalier de la Légion d’honneur. Il a reçu plusieurs prix, notamment le prix Athanase-David en 2004.

    Gary Klang: Né en Haïti, Gary Klang est romancier, poète, dramaturge et essayiste. Il vit à Montréal depuis plus d’une trentaine d’années. Il a publié, entre autres livres de poésie, Ex-île (1988), Je veux chanter la mer (1993) et La terre est vide comme une étoile (2000).

    Abraham Moses Klein: Abraham Moses Klein est né en février 1909 à Ratno (Ukraine). Sa famille est déménagée à Montréal l’année suivant sa naissance. Klein a commencé à publier des ouvrages de poésie et de prose pendant ses études à l’Université McGill. Hath Not a Jew (1940).

    Fotis Komborozos: Né à Olympia (Grèce), il a fait des études en littérature à l’Université d’Athènes. Il vit à Montréal depuis 1969. Komborozos publie dans des revues et journaux à Montréal et prend une part active dans la communauté hellénique.

    Mona Latif-Ghattas: Née en Égypte, poète, romancière et metteur en scène, Mona Latif-Ghattas vit à Montréal depuis 1966. Elle a publié une quinzaine d’ouvrages. Parmi ces recueils de poèmes, citons Quarante voiles pour un exil (1986) et Le Livre ailé (2004).

    Maria Estrella Lopez: Née à Cuba en 1974, elle a vécu six ans à Montréal. Après des études en littérature, elle a choisi de s’installer à Barcelone (Espagne). Au nombre de ses publications figurent Canción de la Primavera (1998) et Libro azul de mi corazón (2002).

    Ehab Lotayef: Né en Égypte, Ehab Lotayef vit à Montréal depuis 1989. Il écrit en arabe et en anglais. Il a publié un recueil de poèmes Between (2003).

    Nadine Ltaif: Née au Caire (Égypte) le 19 juillet 1961, Nadine Ltaif vit à Montréal. Elle a fait ses études au Liban. Elle a publié plusieurs recueils de poèmes dont Les métamorphoses d’Isthar (1987) et Le livre des dunes (1999).

    Frantz Mars: Né à Port-au-Prince en 1951, Frantz Mars vit au Canada depuis 1977. Poète et enseignant, il a publié plusieurs recueils de poésie dont Paroles intimes (1995), Trajectoire poétique (1988) et Les fruits de la passion (1990).

    Pierre Mathieu: Né à Montréal en 1933, Pierre Mathieu a travaillé en tant que pédagogue. Également poète, il est l’auteur de plusieurs recueils de poésie dont Les ruses de l’espoir (2005), Partance (1964) et Il neige paupières de signe (2003).

    Gaston Miron: Né à Sainte-Agathe-des-Monts en 1928, il quitte à 19 ans le milieu familial et s’installe à Montréal. Membre fondateur de l’Hexagone, maison d’édition mais aussi lieu de rassemblement pour poètes et artistes, il est l’auteur des grands cycles poétiques: La vie agonique, La marche à l’amour, La batèche et L’homme rapaillé. Il est récipiendaire de plusieurs prix dont le Prix France-Québec, Le Grand Prix de la Ville de Montréal et le prix Athanase- David (1983).

    Livia Nemteanu-Kiriacescu: Née en Roumanie en 1927, Livia Nemteanu vit à Montréal depuis 1987. Elle a publié huit ouvrages en roumain dont quatre recueils de poésie parmi lesquels Amulgul alb (1981) et Bamantul Dinlauntru (1999).

    Jean-Guy Pilon: Né à Saint-Polycarpe le 12 novembre 1930, ses principaux recueils, Les Cloîtres de l’été (1954), La Mouette et le Large (1960), Pour saluer une ville (1963), font découvrir la parole claire d’un poète qui nomme le monde.

    Rodney Saint-Éloi: Né à Cavaillon (Haïti). Écrivain et éditeur, il a publié une dizaine de recueils de poèmes dont J’avais une ville d’eau de terre et d’arcs en ciel heureux (1999), J’ai un arbre dans ma pirogue (2004), et des essais sur la littérature et la peinture. Son œuvre est une lente traversée des villes, des fleuves et des visages. Il vit depuis 2001 à Montréal où il a fondé la maison d’édition Mémoire d’encrier. Ses poèmes sont traduits en espagnol et en anglais.

    Franz Henry Saint-Fleur: Né à Port-au-Prince (Haïti), Henry Saint-Fleur vit au Québec depuis 35 ans. Il a publié un recueil de poèmes Transhumance (1994) ainsi que des textes dans des revues dont l’ouvrage collectif Le 11 septembre des poètes du Québec.

    Lidia Scalcos: Née à Skala, Laconia (Grèce), Lidia Scalcos est diplômée en littérature et en Beaux-Arts. Elle vit à Montréal depuis 1970. Elle a publié deux recueil de poèmes : A voice on the ascent (1981) et Moons maid of threat (1986).

    Jacob Isaac Segal: Né à Solokovitz, petit village d’Ukraine en 1886, Jacob Isaac Segal est arrivé à Montréal vers 1911. Il se joint au cercle de littérateurs et d’intellectuels juifs immigrés et est considéré comme le plus grand poète yiddish canadien. Il a publié de nombreux poèmes dont l’anthologie Poèmes yiddish (édition bilingue yiddish/français 1992).

    Lenous Suprice: Né à Fonds-des-Blancs (Haïti), Lenous Suprice vit actuellement à Montréal. Il a publié entre autres textes Rêverrant (1990), Pages triangulaires (1994), En jambant le vent (1997).

    Valérie Thibault: Née aux environs de Montréal en 1981, Valérie Thibault est étudiante en littérature. Elle a publié en 2005 son premier recueil de poèmes qui s’intitule La déroutée.

    Hector Torres: Né au Chili en 1944, Hector Torres est ouvrier de la construction. Il vit à Montréal depuis 1985. Il a publié dans des revues.

    Gemma Tremblay: Née en avril 1924 à Saint-Moïse (comté de Matapédia, Gaspésie), elle s’installe à Montréal en 1950 où elle travaille dans l’édition. Elle publie neuf recueils de poèmes dont Rhapsodie auburn, Poèmes des Saisons (1960), Cuivres et violons marins (1964) et Souffles du midi (1972).

    Anna Maria Zaidman: Née à Kingston, Ontario, en 1964, Anna Maria Zaidman a vécu à Montréal. D’origine juive et italienne, elle écrit en français et en italien.

    Cecilia Zevallos Petroni: Née en Équateur, Cecilia Zevallos Petroni est poète et journaliste. Elle écrit en espagnol et a publié Murmullos (1997), El Universo de Cristal, 2003, Oh, Kempis! (2004).


Comments are closed.