Panier

Vient de paraître chez Mémoire d’encrier

  •  

     

    Le territoire dans les veines

    Essai

    Jean-François Létourneau

    Et si l’histoire de l’Amérique était contée par les Premières Nations ?

    Le territoire dans les veines, après la parution de Place aux littératures autochtones du chercheur Simon Harel, réoriente le regard sur les enjeux des écrits des auteurs des Premières Nations. Jean-François Létourneau dresse l’inventaire de ces imaginaires par sa poétique du territoire : plongée dans des paysages, discours, récits et formes de ces cultures longtemps exclues ou instrumentalisées.

    Le territoire dans les veines ramène à l’origine de cette Amérique. Et si « un véritable nouveau monde, lié à un territoire commun, à la conscience d’en faire partie et de le partager, surgissait de nos mémoires, de ce retour à soi, à travers la parole des autres »…

    Une autre Amérique est possible. Suffit de refaire l’histoire millénaire du continent et de lui projeter un avenir plus respectueux des rêves des premiers habitants. Lire cette Amérique à partir de ses origines, en déterrant les traces et les visions des Premiers Peuples, tel est le pari engagé par Jean-François Létourneau dans cette poétique du territoire, qui convoque les imaginaires, les paysages et la Terre. L’auteur propose une autre manière d’habiter l’Amérique à partir des œuvres des auteurs des Premières Nations : Innus, Wendats, Anishnabes, Atikamekws, Cris, Wabanakis… Il invite à explorer ces mondes de spiritualité et de puissance qui fondent la Parole.

    Jean-François Létourneau a enseigné pendant de nombreuses années en milieu autochtone, notamment à Kuujjuaq et, plus récemment, à l’Institution Kiuna. Il enseigne la littérature au Cégep de Sherbrooke. Le territoire dans les veines est son premier ouvrage.

    Une autre Amérique est possible. 

    Relationniste : Camille Robitaille  | relations@memoiredencrier.com | (+) 514 742 4336

     


    septembre 26th, 2017 | admin | Commentaires fermés sur Vient de paraître chez Mémoire d’encrier |

Comments are closed.