fbpx
Panier

Fouiller les décombres

  • Flavia Garcia

    dans la cour d’école
    on joue à la marelle
    on sautille sur un pied
    l’équilibre est fragile
    puis sur l’autre
    plus haut
    on rebondit
    pour atteindre le ciel
    criblé de barbelés

     

    Une fillette grandit sous la dictature. Loin de son pays, elle a cru tout oublier. Quarante ans plus tard, son enfance frappe à la porte. « J’ai fouillé, passé des heures à éplucher les documents, les témoignages, les jugements, les histoires, les photos, les vidéos. Le ventre retourné, j’écrivais des poèmes. »

     

    Point de vue de l’auteure

    Je dédie ces poèmes – une potion contre l’indifférence – aux familles qui cherchent encore leurs proches, aux enfants qui n’ont pas connu leurs parents. Je dis, comme eux, comme elles: ni oubli ni pardon.

     

    Née à Buenos Aires, Flavia Garcia vit à Montréal depuis 1987. Fouiller les décombres est son deuxième livre de poésie.

     

     

     


    Poésie   978-2-89712-773-2     17$    104 pages

    21 mai 2021 (Québec)
    à venir (France/Belgique/Suisse)

    Bientôt disponible en format papier et numérique


     

     

    Ce que la presse en dit

    Nos parents croient qu’avec le silence, ils nous protègent… L’une de mes démarches a été de donner une voix, de retrouver ce qui se cachait derrière le silence.

    Entrevue avec Flavia Garcia, Le Soleil

     

    En 1976, la poète a 12 ans. Elle qui pensait pouvoir tourner le dos à son passé douloureux argentin en débarquant à Montréal a tort. Les noms de Peron, Ongania, Lopez Rega ou du général Videla ressortent à l’occasion d’une rencontre avec un livre au festival international de la poésie de Trois-Rivières: Palabra viva. Cette parole redonne vit à une expression : Nunca mas. Les mots, qui dans toute la terreur des yeux d’un enfant, existent ici, sur ces pages, sont là pour témoigner, mais pas seulement.

    Éric Chouan, Mission encre noire


    avril 15th, 2021 | Yara El-Ghadban | Commentaires fermés sur Fouiller les décombres |

Comments are closed.