Panier

Des vies cassées

  • H. Nigel Thomas

    Traduit de l’anglais par Alexie Doucet.

    Tout un peuple d’immigrants invisibles croupissent à côté de leurs rêves. Manière différente de vivre et de voir l’exil quand on est anglophone noir dans un Montréal francophone blanc. Dans ces nouvelles, qui explorent l’identité, la migration et l’errance, H. Nigel Thomas rend vivants ces êtres reclus, dans une langue hachée,  parfois brutale et sans concession. Entre les pays d’origine – Jamaïque, Barbade, Saint-Vincent, Grenade, Guyane anglaise, Aruba – et le pays d’accueil, se jouent tous les fantasmes. Récits, chroniques et portraits dévoilent ces visages marqués par la violence et l’exclusion. L’auteur révèle, à travers une mosaïque bariolée, une meute de solitudes : Côte-des-Neiges en noir et blanc.

    Feuilleter le livre.

    Roman

    Ce que la presse en a dit:

    « Des vies cassées propose 13 nouvelles qui placent le lecteur au cœur des désillusions des migrants. Chacune des nouvelles commence par une observation ou des bribes de conversations sur la réalité des Noirs à Montréal. »
    Éric Aussant, Le Métro

    « On ne dénonce jamais assez les inégalités, les abus et les préjugés, et ces treize nouvelles ont le mérite de nous exposer des facettes de ces réalités qu’il est trop aisé d’ignorer. »
    Chloé Leduc-Bélanger, Les Méconnus

    « À travers une série de nouvelles, l’auteur braque les projecteurs sur un Montréal peu connu, soit celui des immigrants caribéens. Une communauté noire et anglophone dans une province blanche et francophone. Une langue d’ordinaire associée aux dominants est ici celle des exclus, et ce pays qui se targue d’être ouvert recèle un côté raciste. Pas plus tendre envers sa propre communauté, l’auteur en révèle aussi les tares et les travers. »
    Thomas Hellman, Radio-Canada

    « Un admirable travail que ces enquêtes sur des parcours de vies, entre secrets et honnêteté, complications et simplicité. » 
    Armando Celayo Norwich

    « En marge des questions identitaires, Nigel Thomas interpelle les êtres dans leur quotidien, pointe le télescopage entre pays réels et rêvés, et les difficultés à faire face aux institutions du pays d’accueil. »
    Le trait d’union


Comments are closed.