fbpx
Panier

L’après-pays

  • Mai Der Vang

    Traduit de l’anglais par Marc Charron

    Prix Walt Whitman 2016

     

    Lorsque les funérailles évoqueront
    Les repas agrestes de mes ancêtres paternels,
    Les broderies en point de croix du côté de ma mère
    Alors je me présenterai devant vous
    Vêtue de mon armure de terre,
    Prête à vous écouter chanter mon histoire

     

    L’après-pays revient sur les traces des Hmong du Laos à travers l’histoire d’une famille de réfugiés. Mai Der Vang lève le voile sur la guerre et ses atrocités. Sa poésie résonne avec les chants chamaniques des ancêtres.

    Point de vue de l’auteure

    L’après-pays

    Je n’ai trouvé le titre L’après-pays qu’à la toute fin. J’écrivais toutes ces images, toutes ces descriptions de paysages, et tous ces endroits oubliés, ces lieux de désolation, cette terre tombée en ruine. J’explorais l’idée de l’après-pays dans ses multiples visages. L’après-pays du réfugié qui a dû quitter sa terre natale, et ce qui reste de cette terre. Il y a une sorte d’après-pays propre à ces terres qui ont vécu la guerre. Et il y a bien sûr l’après-pays de l’esprit.

    Le corps du réfugié

    Mes parents sont venus aux États-Unis en tant que réfugiés du Laos au début des années quatre-vingt. Je suis née à Fresno, en Californie. Si mes parents étaient restés un an de plus, je serais née dans les camps de réfugiés. J’ai eu la chance d’avoir échappé aux atrocités de la guerre. Je sens vivement cet écart entre leur expérience et la mienne. C’est sans doute pourquoi je pense tellement au corps, parce que mon corps n’a jamais été là.

    Le chamanisme

    Arrivés aux États-Unis, mes parents ne se sont pas convertis au christianisme. Ils ont continué à pratiquer le chamanisme, une manière très ancienne de voir le monde, de penser le corps et l’esprit, et la relation entre les deux. L’esprit transcende le corps dans ce paysage de l’après-pays. Les Hmong croient que votre esprit voyagera longtemps après la disparition de votre corps, que votre esprit cherchera toujours à retrouver la terre des ancêtres.  C’est ce que j’ai tenté de faire dans bien des poèmes de L’après-pays. Comprendre ce voyage que l’esprit entreprend pour retrouver les ancêtres et renaître à nouveau.

    Extraits d’entrevue parue dans The Normal School Literary Magazine

     

     

     


    Poésie   978-2-89712-779-4    17$    160 pages

    31 mai 2021 (Québec)
    à venir (France/Belgique/Suisse)

    Bientôt disponible en format papier et numérique


     

     


    Ce que la presse en dit

     

    L’après-pays compte parmi les débuts les plus prometteurs qu’il nous a été donné de lire d’une poète américaine.

    The New Yorker

     

    Une œuvre émouvante et un puissant recueil de poèmes qui met en lumière une partie méconnue de l’histoire.

    Real Simple

     

    La voix de l’après-pays transmigre, portée par la transe de la mémoire. Dans l’œuvre de Der Vang résonne l’appel extatique, révélant le sens. Der Vang vacille et plonge dans les royaumes de la mémoire et du rêve, ouvrant des voies fines et élégantes sur son chemin.

    Los Angeles Review of Books

     

    Mai Der Vang donne une voix ardente et poétique à une guerre secrète et à un peuple dispersé dans son puissant recueil de poésie L’après-pays. Un recueil de poésie aussi riche qu’il est déchirant.

    Shelf Awareness


    avril 11th, 2021 | Yara El-Ghadban | Commentaires fermés sur L’après-pays |

Comments are closed.