Panier

Tireur embusqué

  • Jean-Pierre Gorkynian 

    Finaliste au Prix littéraire des collégiens 2021

    Shams, adolescent rescapé de la guerre en Syrie, vit son premier hiver à Montréal. Après s’être violemment battu à l’école, il consent à suivre une psychothérapie. Il se lie d’amitié avec Kevin. Avides de drogue, de sexe et de musique, ils sillonnent ensemble les rues enneigées de la ville. Tireur embusqué raconte cette jeunesse en quête d’affirmation.

    Après quelques échanges – pour lui expliquer mon fort accent avec mes r roulés – je lui balance que ma mère est Française, que mon père a fait ses études à Paris et que j’ai fréquenté le lycée d’Alep. Ménard tire un stylo de son veston, s’empare d’un document broché sur le coin de son bureau et d’un cale-pin pour servir de support. Il me demande si je sais pourquoi je suis ici.
    — Parce que je me suis battu.
    — Tu te bats souvent ?
    Je m’esclaffe.
    — Dans mon pays, celui qui refuse de se battre ne survit pas.

    Romancier et scénariste, Jean-Pierre Gorkynian est né à Montréal en 1986.

    Roman    978-2-89712-676-6     21,95$     264 pages

    27 janvier 2020 (Québec)
    À venir (France/Belgique/Suisse)

    Disponible en format papier et numérique


    Ce que la presse en dit

     

    Roman d’apprentissage trou­blant, Tireur embusqué tisse entre neige et poussière le récit d’une âme adolescente déchirée entre la violence du passé et une vie à construire.

    Revue Collections

     

    Récit d’un double deuil, celui du pays et d’une forme d’héroïsme n’existant que dans les films, Tireur embusqué tient aussi du voyage au cœur d’un Montréal médiatiquement et politiquement ignoré, où tant d’immigrants tentent de se forger une place au soleil sans céder à la mélancolie, et surtout sans céder à cette compréhensible violence que leur inspire leur sort. On en lirait plus souvent.

    Dominic Tardif, Le Devoir

     

    Tireur embusqué décrit bien la peur et la douleur d’une vie passée sous les bombes, tout en nous confrontant à notre confort nord-américain. Cette tragédie d’un enfant de la guerre, qui ne se sentira jamais probablement chez lui nulle part, fait oeuvre utile.

    Mario Cloutier, La Presse

     

    L’histoire de Shams reflète la vie d’un ado du Québec, mais elle se campe aussi dans un récit d’immigration. De plus, elle dresse d’intéressants parallèles sur les différentes manifestations de la violence et de la survie dans notre monde contemporain […] Shams finira par raconter son histoire, forcément effroyable vue d’ici, mais où, sur place, tout se justifie quand il s’agit de s’en sortir. Et puis l’humanité peut prendre bien des formes quand la guerre, si inhumaine, sévit. En y intégrant la poésie de Gérald Godin, chantre de la liberté, Jean-Pierre Gorkynian marque enfin d’un joli trait d’union ce prenant récit d’un drame d’ailleurs transposé ici.

    Josée Boileau, Journal de Montréal

     

     Entrevue Plus on est de fous, plus on lit, 13 fév. 2020


    janvier 3rd, 2020 | admin | Commentaires fermés sur Tireur embusqué |

Comments are closed.