fbpx
Panier

Hors-sol

  • Philippe Yong

    Agronome portugais exilé en France, Alvare cherche un paradis hors du monde. Il débarque à Montréal, où il croit trouver cet Eden dans une serre hydroponique sur le Champ des possibles, dans le Mile-End. Or la serre, univers fragile, est détruite. Alvare doit tout recommencer en Islande, dans une ferme cubique économe et productive : l’avenir de la production agroindustrielle. Amoureux de Hinrika, sa collègue, Alvare rêve de trouver ancrage auprès d’elle et de l’enfant qu’ils attendent dans la belle solitude du fjord. Or, hors-sol comme les plantes qu’il cultive, Alvare est confronté à sa condition de nomade sans racines : a-t-on besoin de lui dans cette communauté tissée serrée, où des femmes fortes élèvent seules leurs enfants ?

     


    Roman  978-2-89712-880-7   24,95$    272 pages

    26 septembre 2022 (Québec)

    Disponible en format papier et numérique


     

     


    Ce que la presse en dit

    Hors-sol. Titre astucieux du primo-romancier PHILIPPE YONG, c’est aussi l’image parfaite pour décrire l’état de ceux qui, partout, croissent sans s’ancrer réellement dans quelque sol que ce soit. Une réalité qui s’applique également aux plantes hydroponiques qui fascinent l’agronome Alvaro, personnage principal de ce livre. Aussi, lorsqu’il doit tout recommencer, quittant le Mile-End pour tenter de construire un avenir en Islande, c’est cette nature nomade qui, en lui, combat d’emblée toute aspiration d’enracinement. Dans une écriture posée et descriptive qui raconte avec un sens de l’observation redoutable la relation symbiotique entre un jardinier et ses « créatures », Hors-sol raconte l’histoire d’un homme sensible qui, comme ses plantes, vit jusque dans son corps le drame insoupçonné de se sentir bien, même si déraciné, partout où il va.

    Josianne Létourneau, Revue Collections

     

    Ce premier roman, qui camoufle avec élégance sa causticité sous ses phrases parfaites, pose surtout la question de ce qu’on sacrifie lorsque l’on refuse obstinément de s’installer, migrant comme Alvare au gré des contrats.

    – Dominic Tardif, La Presse

     

    Il a une manière chirurgicale d’écrire. [Le récit] est onirique, introspectif, c’est vraiment un grand roman. J’ai tripé ma vie là-dedans.

    – Marie-France Bazzo, Émission Il restera toujours la culture


    juillet 20th, 2022 | Mémoire d'encrier | Commentaires fermés sur Hors-sol |

Comments are closed.