Roman/Récit

Tout ce qu'on ne te dira pas, Mongo

Tout ce qu'on ne te dira pas, Mongo - Couverture principale
Tout ce qu'on ne te dira pas, Mongo - Couverture principale

Tout ce qu'on ne te dira pas, Mongo

Dany Laferrière

Un après-midi d’été, l’écrivain croise sur la rue Saint-Denis un jeune homme, Mongo, qui vient de débarquer à Montréal. Il lui rappelle cet autre jeune homme arrivé dans la même ville en 1976. Le même désarroi et la même détermination. Mongo demande: comment faire pour s’insérer dans cette nouvelle société? Ils entrent dans un café et la conversation débute comme dans un roman de Diderot. C’est ce ton léger et grave que le lecteur reconnaît dès le début d’un livre de Laferrière.

Au jeune Mongo, Laferrière raconte quarante années de vie. Une longue lettre d’amour au Québec.

Roman/Récit

Parution 10 novembre 2015

Pages 302 p.

ISBN Papier 978-2-89712-354-3

ISBN EPUB 978-2-89712-355-0

ISBN PDF 978-2-89712-356-7

Disponible en format numérique.

© Sarah Rouleau
photo-dany-laferriere-c-sarah-rouleau_1

L'auteur

Dany Laferrière

Écrivain, membre de l’Académie française, Prix Médicis en 2009 pour le roman L’énigme du retour, Dany Laferrière est l’auteur d’une oeuvre remarquable, traduite dans le monde entier.
Dany Laferrière, né à Port-au-Prince en Haïti, a passé son enfance à Petit-Goâve avec sa grand-mère Da. Il vit à Montréal. Depuis Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer (VLB, 1985), il a publié de nombreuses oeuvres. «L’autobiographie américaine» de Dany Laferrière est composée de romans, de livres jeunesse, de chroniques, de poèmes et d’entretiens. Il poursuit avec Tout bouge autour de moi (Mémoire d’encrier/Grasset, 2010), L’Art presque perdu de ne rien faire (Boréal 2011), Chronique de la dérive douce (Boréal/Grasset, 2012), Journal d’un écrivain en pyjama (Mémoire d’encrier/Grasset, 2013), ajoutant d’autres pièces importantes à son oeuvre. Il est le récipiendaire de plusieurs prix et distinctions reconnues à l'international.

Découvrir l'auteur

Les médias en parlent

Dany Laferrière entreprend de donner à Mongo les clés pour lui permettre de s’insérer dans cette société québécoise dans laquelle il vient de débarquer. Une sorte de cours accéléré, le fruits de ses dizaines d’années d’exil, et en particulier au Québec. En fait, il lui écrit depuis un café dans lequel il a ses habitudes, d’où il observe le monde et écrit des chroniques qu’il livre le dimanche à la radio et… dans le livre.

- Laurence Baptiste-Salomon, Nouvelles

Ce récit est une véritable ode à ce quelque chose d’insaisissable et de magnifique. Une ode portée par un amour intransigeant et passionnel pour ce pays, ces gens à découvrir dans leur entièreté. Les coulisses, les frasques, les anecdotes, les mœurs, les non-dits et les secrets, tout autant d’aspects qui font vibrer cet amoureux insatiable. À découvrir absolument !

- Esmeralda, Les miss chocolatine bouquinent

Le roman de Dany Laferrière compose le vade-mecum du déraciné curieux, avide de se faire une place parmi ce peuple de l’hiver perpétuel, ivre de ses étés. Un récit humoristique, faussement goguenard, sur son expérience de lecteur-flâneur, humeur d’atmosphères.

- Jean-Claude Raspiengeas, La Croix

À Mongo qui s’engouffre dans nos petits matins glacés, en émergeant de son deux et demie, Dany Laferrière demande : « Qui t’avait promis le paradis ? » L’exil transformera le nouveau venu. Les vieux enfants du sol à son contact également. D’autres écrivains d’ailleurs mêleront leurs souvenirs aux découvertes. D’autres émigrés se briseront les ailes sur des murs d’étrangeté, de nouvelles unions mélangeront leurs racines. Reste à se souhaiter d’offrir à tout le monde une langue vibrante pour mieux se parler.

- Odile Tremblay, Le Devoir

Si le livre semble s’adresser d’abord à Mongo, puis au nouvel immigré au sens plus large, il se veut aussi un miroir offert aux Québécois, à ceux que Dany désigne comme les natifs. C’est fait avec humour, et beaucoup d’amour. »

- Danielle Laurin, Le Devoir

Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo se décrit comme une lettre d’amour au Québec. Un livre dans lequel il mélange joyeusement les genres, lui qui se dit obsédé par l’idée d’ennuyer son lecteur. On y trouve un dialogue entre un homme qui connaît aujourd’hui le Québec de l’intérieur et un jeune immigrant, Mongo, qui veut bien sûr tout conquérir en une nuit (et plus particulièrement une jeune fille). Conversations interrompues par les notes, observations et chroniques à la radio de l’homme établi, le tout menant à une espèce de manuel expliquant comment infiltrer une nouvelle culture.

- Chantal Guy, La Presse +

Un livre plein de tendresse pour notre territoire. […] Un livre très touchant.

- Marie-Louise Arsenault, Plus on est de fous, plus on lit

Avec ce livre, Dany Laferrière a eu envie de parler aux gens qui arrivent au Québec et de leur expliquer dans quoi ils s’embarquaient avec énormément d’amour et d’humour.

- Isabelle Ménard, Gravel le matin

Ce livre est un remède anti-novembre ! Tout ça nous fait du bien. Dany Laferrière pose un regard fin, humoristique, un regard de fines observations sur la culture populaire et élitiste.  […] Des échanges extrêmement éclairants, intéressants. C’est aussi un regard plein de respect et d’amour sur le Québec. […] Un beau Dany Laferrière, à lire ! »

- Patricia Powers, Chez nous le matin

Si Dany Laferrière n’a pas, dans les faits, conversé avec cet homme, il a croisé beaucoup de Mongo depuis le jour où il a posé sa valise au Québec il y a 40 ans. Avec Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo  il a eu envie d’expliquer comment faire sa place dans la société d’accueil, en l’occurrence le Québec. Si l’ouvrage parle d’immigration, et d’intégration, il s’adresse aussi aux Québécois pour qu’ils aient une vision autre, extérieure, de leur propre culture.

- Anne Marie Yvon, Radio-Canada International

On retrouve avec plaisir le ton à la fois léger et sérieux de cet écrivain d’exception, son amour pour le Québec et pour la vie, son humour fin, sa sensibilité et la qualité du regard qu’il porte sur l’humain. Cette chronique brillante raconte comment un homme du Sud qui vit depuis 40 ans dans un pays du Nord rencontre un jeune homme tout juste arrivé d’Afrique. Il lui raconte en détail son expérience, souhaitant ainsi lui faire éviter certains obstacles. »

- Marie-France Bornais, Journal de Montréal

Dans Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo, [Dany Laferrière] s’adresse à ce jeune Africain tentant de décoder son nouvel environnement, et dont le prénom se veut un coup de chapeau au regretté auteur camerounais Mongo Beti. Ce faisant, il s’adresse peut-être surtout aux Québécois, dont il est aujourd’hui. Mais s’il signe ici une longue lettre d’amour à la Belle Province, il n’en est pas devenu aveugle pour autant. Le regard qu’il pose sur la société québécoise se fait donc aussi tendre qu’incisif. »

- Valérie Lessard, Le Droit

C’est un guide pour les nouveaux arrivants, mais aussi pour les Québécois. Pour que l’un et l’autre comprennent leurs différences et les racines de celles-ci. Pour que l’immigré s’intègre et que le québécois comprenne à quel point l’immigration est essentielle, bénéfique.

- Isabelle Verge, Agence QMI

Consentement sur le suivi des données

Le respect de votre privée compte pour nous. En utilisant ce site, vous acceptez le suivi des données tel que décrit dans notre politique de confidentialité.

Données nécessaires

Le suivi de certaines données est requis au fonctionnement du site web et ne peut donc pas être désactivé: choix de langue, consentement et préférence sur le suivi des données, etc.

Obligatoire

Données optionnelles

En contrepartie, le suivi de certaines données est facultatif et demande votre consentement: récolter des statistiques sur l'achalandage, analyser le parcours des visiteurs pour améliorer le fonctionnement du site web, proposer des offres personnalisées, etc.